Recettes pour se débarrasser correctement de l’automne (fond ancien)

Une collègue de Lettres m’a récemment fait découvrir un poème de Francis Ponge que je ne connaissais pas : « La Fin de l’automne ». Il commence par ce trait de génie : « Tout l’automne à la fin n’est plus qu’une tisane froide. »

Les premiers sens entendus par M. Ponge mis à part, cette phrase a particulièrement résonné en moi : il n’y a rien de plus glaçant pour le corps et l’esprit, à part un radiateur froid, qu’une tisane froide. Et le mois de novembre y ressemble tout entier.

Alors voici, parce qu’il est grand temps de déclencher la chasse aux Détraqueurs et à l’ambiance flaubertienne, quelques recettes pour se réconforter.

Un fondant au chocolat à tester

Je mélange ici deux recettes que j’adore, et qui s’accompagneront très bien d’un thé aux épices.

200g de chocolat noir

150g de beurre (+ une noix pour le moule)

75g de sucre (inutile d’en mettre moins, je diminue moi-même la dose)

2 cuillères à soupe de farine (+ une pincée pour le moule)

4 œufs

100g de quinoa soufflé (pas facile à trouver, à part en magasin bio, mais le résultat est plaisant, en garder un peu de côté pour la dernière étape avant de mettre au four)

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre ensemble le chocolat et le beurre.

Séparer les jaunes et les blancs des œufs. Avec les jaunes, mélanger le sucre, le beurre et le chocolat fondus et la farine.

Monter les blancs en neige ferme. Les incorporer délicatement au reste du mélange.

Incorporer le quinoa soufflé.

Beurrer un moule à cake et répartir dans le fond la pincée de farine. Verser le mélange dedans.

Verser le reste de quinoa soufflé sur le dessus de la préparation pour l’esthétique.

Faire chauffer le tout pendant 25 minutes. Tester avec un couteau propre : la pâte doit à peine y rester accrochée quand vous le plongez dedans.

Pour aller plus loin

Préparez-vous deux bouillottes : une pour les pieds, une pour les reins.

Enfilez une grosse paire de chaussettes dépareillées.

Installez-vous à côté d’un chat.

Lisez un recueil de Francis Ponge, Les Fleurs du Mal de Baudelaire ou Du Côté de chez Swann de Marcel Proust.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *