Les jeux de rôle « boule à neige »

Parmi les décorations de Noël, il en est une qui demande du temps et de l’attention. Si on laisse la boule à neige posée sagement sur une étagère, elle ne découvre pas tous ses charmes. Il faut la secouer et la contempler pour la connaître. Son usage en deux temps, secousse et retombées, ressemble à certains jeux de rôles. Cette observation et toutes les explications qui vont suivre ont été faites au cours d’une discussion avec Antoine Morgenthaler, Valentin T., Céline Aubry, Fabien Hildwein et Adrien Cahuzac.

Secousses

Les jeux de rôles qui correspondent à cette grille de lecture comportent des phases semblables à la secousse de la boule à neige. On y joue des scènes de conflit, souvent épiques, au cours desquelles les personnages joueurs (PJs) luttent contre un ennemi commun, parfois aidés de personnages non joueurs (PNJs) avec qui ils ont des relations, parfois trahis par ces mêmes personnages non joueurs. Le conflit est la plupart du temps un affrontement contre un adversaire animé, parfois une situation de crise plus générale (un incendie, une pénurie, une tempête…). Au cours de cette crise et à cause d’elle, des nœuds se forment et se déforment dans les relations entre personnages.

C’est le cas dans Libreté de Vivien Feasson, et notamment son supplément De bile et d’acier : les pilotes des géants mécaniques s’entraident, se protègent, se blessent, impressionnent ou déçoivent au cours des combats.

C’est un peu le cas dans les épreuves que traverse la caravane de Hurlements de Jean-Luc et Valérie Bizien.

C’est surtout le cas dans les missions de Bliss Stage de Ben Lehman, qui est l’inspiration principale de cette expression de « boule à neige ». Le lien entre conflits et relations est ici le cœur mécanique du jeu, puisque les relations sont les armes des principaux PJs. Si elles se brisent au cours des combats, les relations en sont directement affectées. Un peu comme si Neo avait perdu Trinity en même temps que son manteau de cuir dans la Matrice.

Retombées

Après avoir perturbé l’inertie de la boule à neige, on considère les flocons qui viennent se re-déposer tout en douceur sur le paysage. En jeu, on gère les conséquences que les crises ont entraînées sur les relations. Soit parce que la fiction les a fait évoluer (remerciements suite à un sauvetage, confrontation pour trahison ou échec…), soit parce que les mécanismes et le système de jeu, comme le lien arme / relation dans Bliss Stage, rendent ces scènes obligatoires.

Echelle mécanique

Ces jeux peuvent alors se lire en fonction du degré de lien entre crises et relations. Plus la proposition ludique est claire et encouragée par le système, plus les scènes de relations suivront naturellement les scènes de crise. Et meilleur sera le jeu.

Au plus haut degré, tout est intrinsèquement lié en un cercle parfait : c’est la gestion des relations qui entraîne la crise suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *