Expérience à tenter en quatrième : le salon de Précieuses

Un projet de projet

Je n’ai encore jamais testé ce cours : cet article va prendre la forme d’une tempête d’idées. Il va me permettre de formuler par écrit un projet que j’ai depuis mes progressions de quatrième, mais que je n’ai pas mis en pratique, par manque de temps.

Il s’agirait de monter, sur le mois que durerait la séquence, un salon de Précieuses, avec la classe : une heure par semaine serait consacrée à la mise en voix de textes sur l’amour et à la conversation en registre soutenu.

Séquence sur l’oral

J’inscrirais ce cours dans la deuxième séquence du thème  » Dire l’amour  » : après un premier chapitre centré sur l’écrit et la poésie, je mettrais en place cet exercice dans la séquence sur l’amour au théâtre, en parallèle de l’étude de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand.

Les élèves seront évalués en fin de séquence sur la mise en voix et en scène d’un des extraits de la pièce étudiés en cours, ainsi que sur leur intention écrite de mise en scène.

Pour comprendre les Précieuses…

Le mouvement de la Préciosité au XVIIe siècle est méconnu, difficile à aborder avec les élèves : il est passé au filtre de Molière et de la misogynie, il est vieilli de par ses codes exigeants.

Il faudrait donc commencer par une recherche maison sur le mouvement, avec des consignes précises et des suggestions de ressources, afin que les élèves viennent le premier jour avec les informations nécessaires : le siècle, les textes, les autrices, les salons, les thèmes, le lexique… Il faudrait qu’ils aient, enfin, compris que ces femmes littéraires, parfois écrivaines, tenaient des salons où se récitaient des textes, souvent en vers, sur des thèmes nobles, notamment l’amour.

Ainsi serait mieux perçu le personnage de Roxane dans la pièce de Rostand, et la problématique des personnages de Christian et Cyrano.

Le but serait de rédiger une charte, un règlement du salon pour qu’il se déroule bien, et que le mouvement littéraire soit compris des élèves.

… et travailler l’expression orale

Les objectifs sont de s’entraîner à la mise en voix de textes, de permettre aux élèves d’en faire découvrir aux autres (on peut étendre à tout poème sur l’amour même anachronique par rapport aux Précieuses) et de travailler l’expression soutenue.

Pour que cela fonctionne, il faudrait nommer parmi les élèves un (ou plusieurs ?) hôte ou une hôtesse qui dirigerait le salon : il ou elle serait chargé.e de distribuer la parole, de veiller à la correction du vocabulaire, au respect de la charte établie au départ, enfin.

Et les plus ?

Si tout se passe bien, on peut éventuellement envisager, avec l’accord de la direction, d’y ajouter des petits plus qui feraient vraiment  » salon  » : du thé et des madeleines (emballées et venues du commerce, pour respecter les normes), des accessoires comme l’éventail, le miroir à main (ou célèbre  » conseiller des grâces « )…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *